Menü überspringen

Menü

Club de presse AAndres Français


› Vers contenus médias 01.10.2010

Share |

"Comme si c'était vrai..."

AAndres, un fabricant et designer de mobilier suisse, a lancé en coopération avec Evermotion un concours de design par ordinateur où les participants ont été invités à concevoir un espace virtuel tridimensionnel pour ses systèmes modulaires « Eileen » et « Frank ». Le jury devait a tenu compte de plusieurs critères dont, entre autres, la qualité du rendu technique, la lumière et les contrastes, les idées/concepts sous-jacents, ainsi que de la manière dont les artistes ont présenté le mobilier et certains détails qu'ils ont retenus.

AAndres aurait certainement pu utiliser les photos des ensembles modulaires existants – mais cela est plus facile à dire à qu'à faire. Ainsi, par exemple, dans une villa située à Belmont-sur-Lausanne et dessiné par les architectes de zo2studios, l'installation d'un système d'étagères « Frank Pro » de 9 mètres de haut a vivement impressionné les visiteurs, tant en raison de la qualité apparente du produit qu'en raison de sa dimension. Il aurait été très difficile, dans ce cas, de rendre compte de l'effet produit avec une photo et d'y inclure tous les détails en raison même de l'architecture de l'édifice : les planchers de 600 mètres carrés de la maison de quatre étages sont trop vastes et le système d'étagères occupe trop d'espace. Il était impossible de trouver un angle convenable pour présenter le tout. C'est là un exemple parfait pour prouver l'utilité d'un système de visualisation virtuel. Les designers utilisent l'espace virtuel pour créer des salles en trois dimensions à l'intérieur desquelles les bibliothèques « Eileen » et « Frank » peuvent être mis en valeur, même avec une photo en deux dimensions.

Nous avons reçus 83 designs graphiques de 58 participants en provenance de 20 pays dans le cadre de ce concours et tous étaient de grande qualité, si bien qu'à côté des trois premiers prix, une dizaine de travaux se sont vu accordés une « Mention honorable ». 

Les rares fois où on a essayé de faire paraître l'espace plus décontracté en n'utilisant que peu d'accessoires et de livres sur les étagères et le mobilier n'ont, dans bien des cas, que réussit à créer une atmosphère semblable à ce qu'on trouve dans les magasins de meubles avec leurs décors banals et de piètre qualité, voire même sans vie et ennuyant. La qualité du rendu technique de ces véritables pièces d'art est donc, de toute évidence, liée au travail et au talent des designers. 

Des étagères remplies de centaines de livres montrant des signes d'usure et des marquages, certains empilés les uns sur les autres, ainsi qu'un cahier à dessin avec un crayon placés sur le devant de l'image, comme si le propriétaire les avaient laissés là, avec quelques «post-it» collés dessus, donnent à ce montage photo un réalisme extraordinaire. Les tubes néons montrent aussi des marques d'usure, les haut-parleurs, les fils électriques et les lignes téléphoniques qui serpentent les murs et le plafond, tout comme la vue d'ordinateurs tombés en désuétude, viennent compléter un tableau numérique qui semble plus vrai que vrai, la poussière en moins. Mais ne nous emportons pas – si un artiste à eu assez d'empathie pour choisir des livres rendant hommage au fabricant tout autant qu'au mobilier, cette personne mérite de gagner le premier prix. Et ce prix à été remis à Jeffrey Faranial, des Philippines, qui a mis plus de 200 heures à réaliser son oeuvre numérique.

Le troisième prix a été remis à Egor Goray. Sa présentation montre des connaissances techniques et un talent remarquables. Cela lui permet, comme on peut le constater, d'intégrer divers accessoires à un environnement naturel pour créer des ?uvres numériques : un chapeau, un sac, un parapluie et une tasse de café fumant qu'on imagine bien chaud laissent en effet penser qu'on attend une personne dans cette pièce. 

D'autres présentations ont aussi de quoi nous ravir l'esprit en raison du choix des lieux et des décors : par exemple en plaçant les meubles dans les halls de l'école du Bauhaus, à Dessaude façon à  rappeler le lieu où le mobilier a été conçu et, de toute évidence, à plaire au manufacturier.  Ici, le mobilier s'efface pour laisser parler les impressionnants intérieurs en béton de Tadao Ando, et plus encore ceux créés par Zaha Hadid. Le mobilier « Frank Pro » est aussi capable d'autres défis. Ainsi, il suffit de présenter une seule pièce de mobilier, prise comme modèle dans un studio, sans ajouter d'accessoires et sans amplifier quoi que ce soit afin de créer un espace plaisant à vivre et qui sort de l'ordinaire.

 


Communiqués reliés à cette information Fremdkörper
Martin Wellner & Andrea Mehlhose
Gutenbergstrasse 58
14467 Potsdam
pr.aandres@fremdkoerper.com


Illustrations

1st Place J Faranial AAndres Evermotion Contest, 1.0 MB
faible haute
3rd G Egor AAndres Evermotion Contest, 1.3 MB
faible haute
Honorable Mentions João Elias
faible haute
Honorable Mentions Thomas Hoimyr
faible haute
Honorable Mentions Maxim Bordian
faible haute
Honorable Mentions Thomas Vournazos
faible haute
Honorable Mentions Arkin Adam Esref
faible haute
Honorable Mentions Grzegorz Plechawski
faible haute
Honorable Mentions Teófilo Raposo
faible haute
Honorable Mentions Luis Tejeda
faible haute
Honorable Mentions Timothy Back
faible haute

Vidéos

Télécharger maintenant Une erreur est survenue lors de la création du fichier zip › Télécharger items sélectionnés